Author

Lily Calacay

Date of Award

2017

Document Type

Thesis

Degree Name

Bachelor of Arts

Department

French

Abstract

Durant ces dernières années, l’immigration a considérablement augmenté dans plusieurs parties du monde, et par conséquent, l’intégration des immigrants dans la société est devenue un sujet largement discuté. Un immigré, selon la définition du Haut Conseil à l’intégration en 1991, est une personne résidant dans un pays qui est née dans un pays étranger (« Population immigrée » 96). Les mouvements migratoires africains ont une longue histoire, marquée par l’exploitation et la colonisation européenne du continent. L’histoire de l’immigration africaine est unique parmi les mouvements migratoires à cause des conditions qui ont accompagné un système brutal d’exploitation. La présence des Africains sur le continent nord-américain a commencé au 16e siècle avec une première « immigration » – la traite transatlantique des esclaves – et a connu des flux et reflux depuis lors par des vagues d’immigration, involontaires dans des premiers temps et par choix plus récemment dans l’ère de la globalisation. En effet, une nouvelle vague a commencé dans des années récentes, déclenchée en partie par la Refugee Act of 1980 qui a augmenté le nombre des Africains venant aux Etats-Unis avec le statut de réfugié (Anderson). Un programme de diversité institué en 1990 avait l’objectif de promouvoir l’immigration des individus des nationalités sous-représentées, et a ciblé l’immigration venant de l’Afrique subsaharienne. Selon les recensements de 2013, il y a actuellement 1,8 millions d’immigrés originaires des pays africains vivant aux Etats-Unis, comprenant 4,4 % de la population totale des immigrants (Terrazas).

Quant à la France, les Africains ont d’abord commencé à arriver sur le territoire français comme main d’œuvre. L’immigration africaine a augmenté après la libération des anciennes colonies françaises – dont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, la Mauritanie, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Togo et le Cameroun – dans les années 1960. Les nombres ont augmenté encore plus avec le besoin croissant de main d’œuvre pendant le 20e siècle. Actuellement, les 669.000 immigrés africains subsahariens vivant en France constituent 13 % de la population des immigrés, selon les statistiques du recensement de 2008. Au total, les immigrés africains – de l’Afrique sub-saharienne ainsi que les personnes originaires du Maghreb – comptent

2.271.000 personnes, ce qui représente 42 % de la population des immigrés en France (« Population immigrée » 101). Dans le climat tendu où l’immigration est épinglée aujourd’hui, il est important de considérer les différentes composantes et les défis au sujet de l’intégration des immigrés africains, tels que les opportunités et les ressources mises à leur disposition dans des pays tels que les Etats-Unis et la France.

Share

COinS